La bague de Rick Griffin

 

bague-griffin-1

 

 

Rick Griffin, le fameux auteur des pochettes de Grateful Dead, des affiches des festivals de rock de la fin des années soixante en Californie, membre du collectif Berkeley Bonaparte et de la rédaction de Zap Comix (avec Robert Crumb, Victor Moscoso, Robert Williams, Spain Rodriguez et S. Clay Wilson), a fait fabriquer dans les années soixante-dix cette bague en argent reproduisant un scarabée comme il en a si souvent dessiné. C’est un bijou unique qui n’existe qu’en un exemplaire ; je l’ai trouvé dans les archives de Heritage Auctions.

 

 

 

bague-griffin-2

Crumb, Ralph Steadman, Jay Shaw, Sean Phillips, Yann Legendre : des graphistes chez Criterion (2)


Aurais-je été entendu ? Entre le premier article que j’ai consacré en avril 2013 aux graphistes œuvrant chez Criterion et la préparation de celui-ci, alors que je me plaignais du fait que les noms des artistes n’apparaissaient nulle part sur le site de l’éditeur, tous sont devenus visibles !

C’est bien la moindre des choses, tant les pochettes de ces dvd ont fait le succès et la visibilité de Criterion depuis trente ans. Outre la qualité indiscutable du catalogue des films (ce sont pour l’essentiel des rééditions de classiques de toutes les nationalités), ce qui a toujours distingué cet éditeur de ses concurrents américains et étrangers tient précisément à leur emballage et à l’emploi de grands noms pour les illustrer.

Je rappelle quelques principes de cette sélection (cliquez sur les images pour les agrandir). J’ai écarté les pochettes reprenant les affiches originales du cinéma et du théâtre – c’est rarement le cas chez Criterion – ou d’autres visuels anciens (les dessins de Trauner pour les films de Carné, ceux de Kurosawa pour les siens), ainsi que les pochettes utilisant les pictogrammes des films, à l’exception de compositions très originales (à l’exemple de Quadrophenia et Répulsion à découvrir ci-dessous) ou d’un lettrage qui tue (Red River).

Je ne m’attache ici qu’à montrer la création contemporaine (dessin, peinture, palette graphique, graphisme, etc.).

 

1-shaw 2-F. Ron Miller 3-F. Ron Miller 4-Jason Hardy 5-Marian Bantjes 6-Robert Crumb 7-Sam Smith 8-Sam Smith 9-Akiko Stehrenberger 10-Connor Willumsen 11-Times of London 12-Fred Davis 13-Eric Skillman 14-Eric Skillman 15-Eric Skillman16-repulsion-Chow 17-Rodrigo Corral

19-Sean Phillips 20-Yann Legendre 21-Yann Legendre 22-Caitlin Kuhwald 23-Caitlin Kuhwald 24-Ralph Steadman

 

De haut en bas :

 

Repo Man (États-Unis, 1984, Alex Cox) par Jay Shaw (voyez son site). Les illustrations du coffret du film ayant été commandé à Shaw et Tyler Stout, des piliers de l’éditeur d’affiches de cinéma Mondo, installé à Austin au Texas, ce dernier a réalisé deux sérigraphies de Repo Man. Je glisse le lien avec une vidéo où Jay Shaw évoque le film avec son réalisateur Alex Cox, il vient du blog de Mondo (le son est défectueux pendant 50 secondes, ça s’arrange après).

 

Foreign Correspondent (Correspodant 17, États-Unis, 1940, Alfred Hitchcock) et Lonesome (Solitude, États-Unis, 1928, Paul Fejos) par F. Ron Miller qui est, en outre, le directeur artistique de la collection. Son blog détaille le travail qu’il effectue pour Critérion.

 

Letter Never Sent (La Lettre inachevée, Russie, 1959, Mikhaïl Kalatozov) par Jason Hardy, dont le site n’est malheusement pas à jour.

 

Charulata (Inde, 1964, Satyajit Ray) par Marian Bantjes. Le site de la Canadienne est ici.

 

Crumb (États-Unis, 1995, Terry Zwigoff) par Robert Crumb. On retrouve le réalisateur et le dessinateur pour la pochette de Louie Bluie montrée précédemment.

 

House (Hausu, Japon, 1977, Nobuhiko Ōbayashi) et World On a Wire (Welt am Draht/Le Monde sur le fil, Allemagne, 1973, Rainer Werner Fassbinder) par Sam Smith (il a une page sur Flickr).

 

Life During Wartime (États-Unis, 2010, Todd Solondz) par Akiko Stehrenberger (site).

 

The Killing (L’Ultime razzia, États-Unis, 1956, Stanley Kubrick) par Connor Willumsen (site).

 

Quadrophenia (Grande-Bretagne, 1979, Franc Roddam) par Times of London. Je n’ai pas trouvé la moindre information sur Times of London… Si quelqu’un a une piste qu’il se fasse connaître.

 

The Life and Death of Colonel Blimp (Le Colonel Blimp, Grande-Bretagne, 1943, Michael Powell et Emeric Pressburger) par Fred Davis qui possède deux adresses, ici et .

 

I Married a Witch (Ma femme est une sorcière, États-Unis, 1942, René Clair), Stagecoach (La Chevauchée fantastique, États-Unis, 1939, John Ford) et Red River (La Rivière rouge, États-Unis, 1948, Howard Hawks) par Eric Skillman qui est un collaborateur régulier de Criterion. J’ai montré l’an passé sa pochette pour Night Train to Munich. Il est beaucoup question sur son site de Criterion et du travail de ses petits camarades.

 

Repulsion (Grande-Bretagne, 1965, Roman Polanski) par Steve Chow (site).

 

A Brief History of Time (États-Unis, 1991, Errol Morris) par Rodrigo Corral (site).

 

12 Angry Men (Douze hommes en colère, États-Unis, 1957, Sydney Lumet) par Sean Phillips qui était déjà présent dans la précédente sélection. Il possède deux adresses, ici et .

 

– Deux films de Louis Malle : Zazie dans le métro (France, 1960) et Black Moon (France, 1975) par Yann Legendre. Vous connaissez sans doute le travail de Legendre, il illustre des couvertures pour l’éditeur Inculte, voici son site.

 

The Organizer (I compagni/Les Camarades, Italie, 1963, Mario Monicelli) et To Be or Not To Be (Jeux dangereux, États-Unis, 1942, Ernst Lubitsch) par Caitlin Kuhwald (site).

 

Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas parano, États-Unis, 1998, Terry Gilliam) par Ralph Steadman.

 

Crumb, Mike Mignola, Daniel Clowes, Laurent Durieux, Sean Phillips : des graphistes chez Criterion (1)

Il s’agit sans doute de l’envoi que j’ai passé le plus de temps à préparer. Disons qu’il eut été facile de mettre en ligne de magnifiques pochettes des dvd de The Criterion Collection sans ajouter plus de commentaires, mais je ne voyais pas ce qui alors aurait distingué ce blog de n’importe quel autre. J’ai donc sélectionné des dizaines de leurs visuels et je suis parti à la recherche des auteurs. Ah, parce que j’oubliais de préciser qu’à l’inverse de Mondo qui ne cesse d’exalter le travail des graphistes qui réalisent leurs affiches, The Criterion Collection ne communique presque pas sur cet aspect de l’édition de ses dvd, alors qu’ils font appel à des pointures et que c’est précisément à cela qu’on les reconnaît. Ils poussent la discrétion jusqu’à ne pas mentionner leur nom dans les présentations des films qui figurent sur leur site. J’ai bien reconnu deux ou trois auteurs, mais pour la plupart, il m’a fallu chercher leur identité pendant des heures. Je remercie à ce titre Laurent Durieux qui m’a aimablement aidé à compléter la liste. Dans les articles suivants, je tâcherai d’apporter d’autres informations sur Criterion, mais les images d’abord.

 

crt-1crt-2crt-3crt-4crt-5crt-6crt-7crt-8crt-9crt-10crt-11crt-12crt-13crt-14crt-15

 

 De haut en bas :

Cronos (Mexique, 1993, Guillermo del Toro) par Mike Mignola. C’est une histoire d’amitié : Guillermo del Toro a adapté au cinéma Hellboy, le fameux comics du même Mignola.

Things to Come (La Vie future ou Les Mondes futurs, Grande-Bretagne, 1936, William Cameron Menzies) par Laurent Durieux. Le dvd est à paraître en juin. Vous trouverez le visuel chez Durieux ici et .

Night Train to Munich (Train de nuit pour Munich, Grande-Bretagne, 1940, Carol Reed) par Eric Skillman.

Ministry of Fear (Espions sur la Tamise, États-Unis, 1944, Fritz Lang) par Geoff Grandfield. Grandfield a réalisé plusieurs couvertures des textes de Graham Greene pour Penguin Classics, c’est ce qui a sans nul doute motivé son emploi ici : Ministry of Fear est adapté d’un roman homonyme paru l’année précédente.

Topsy-Turvy (Grande-Bretagne, 1999, Mike Leigh) et The Mikado (Grande-Bretagne, 1939, Victor Schertzinger) par Yuko Shimizo pour l’illustration et F. Ron Miller pour le lettrage.

Shock Corridor (États-Unis, 1963, Samuel Fuller) et The Naked Kiss (Police spéciale, États-Unis, 1964, Samuel Fuller) par Daniel Clowes.

Diabolique (Les Diaboliques, France, 1955, Henri-Georges Clouzot) par Dave Plunkert.

On the Waterfront (Sur les quais, États-Unis, 1954, Elia Kazan) et Sweet Smell of Success (Le Grand Chantage, États-Unis, 1957, Alexander Mackendrick) par Sean Phillips. Vous trouverez des informations sur cette édition de Sur les quais ici et , et sur Le Grand Chantage ici.

Belle de jour (France, 1967, Luis Buñuel) par David Downton.

Mystery Train (États-Unis, 1989, Jim Jarmusch) par Yee-Haw. Voir aussi l’édition de l’affiche de Yee-Haw toujours chez Criterion.

Louie Bluie (États-Unis, 1985, Terry Zwigoff) par Robert Crumb. Il existe d’autres liens entre le cinéaste et le graphiste : en 1995, Zwigoff a réalisé un documentaire sur Crumb.

Le premier “Zap Comix” de Robert Crumb (1967)

 

Édité par Apex Novelties en novembre 1967. Ça vient d’ici.

Les carnets de croquis de Crumb

 

 

 

Robert Crumb, Sketchbooks, 1982-2011, Cologne, Taschen, 2012, 6 vol. sous coffret, 20,5 x 27 cm, 1 344 p. Édition établie par Dian Hanson.

Une première partie couvrant la période 1964-1981 est à paraître l’an prochain. La présentation de l’éditeur est ici.

Le quatrième volume de “Prison Pit” de Johnny Ryan vient de sortir

“Generally speaking, [Johnny Ryan’s] comics are really dumb & infantile, and prove beyond a doubt that chemical pollution, television, video games, pop music, etc. is making us all stupider by the minute…” – R. Crumb

 

 

Je donne à voir quelques planches extraites des premières pages du livre. Elles m’ont scié lorsque je les ai découverte chez Jacques à la librairie « Un regard moderne » (rue Gît-le-Cœur, Paris VIe).

 

 

Johnny Ryan, Prison Pit, Book Four, Seattle, Fantagraphics Books, 2012, 6.5” x 8.5” inches, 116 p., n&b, couverture souple. La fiche du livre est ici.

L’exposition des dessins de Charles Burns à New York en 2008 (I)

 

Présentation de la galerie :

Adam Baumgold Gallery presents an exhibition of drawings by Charles Burns from September 5 through October 12, 2008. This will be Charles Burns’ first New York solo exhibition and will include fifty seminal drawings executed in the last 25 years that showcases Burns’ masterful pen and ink drawings for his award winning comic books and other publications.

Featured in the exhibition will be covers and drawings for the serialized version of Charles Burns’ epic graphic novel Black Hole, that received the Harvey Award, as well as the drawings for the covers and pages of Skin Deep, Big Baby, and El Borbah, and a rare Raw era Dog Boy strip. The exhibition will also have drawings and covers for The New Yorker, Esquire and numerous other magazines that include drawings of cult figures William S. Burroughs and Robert Crumb. Also included will be the cover of Permagel the new large scale book of Burns’ art published by French publisher United Dead Artists.

Drawn in stark black and white with a distinctive line, Burns’ comics range in ambiance from kitschy pop culture nostalgia to bleak horror. Themes of adolescence and sexual awakening mingle with recurrent imagery of mutation, plague, alienation and violence. Drawings from his epic graphic novel Black Hole examine a nightmarish world in graphic detail, tempering horror with exquisite beauty. Overlapping metaphors for AIDS and social breakdown with realistic storytelling about the “normal” disturbances of teenage life, Burns blurs, or even reverses the line between normal and aberrant.

Charles Burns’ drawings first became known in the legendary comics magazine Raw in the 1980s. His comic stories Big Baby and Dog Boy were serialized in alternative weekly papers throughout the United States. His drawings also appeared on the covers and in the pages of Rolling Stone, The New York Times, The Believer and many other publications, as well as on the album covers of Iggy Pop and others. His drawings were the subject of a solo exhibition “Charles Burns” at the Pennsylvania Academy of Arts Museum in 1999. His work was included in the exhibition “Disparities and Deformations: Our Grotesque” at the SITE Santa Fe Biennial in 2004 curated by Robert Storr. Burns contributed to the animated feature Fear(s) of the Dark which will be released in October by IFC. Charles Burns lives and works in Philadelphia.

 

Toutes les images viennent du site de la galerie Adam Baumgold à New York, le détail de chaque dessin en noir et blanc y figure – ce sont toujours des encres de Chine sur papier, les formats ne varient pas de beaucoup.

Dans une deuxième partie, je réunirai quelques images de Permagel dont il est question dans la présentation, le livre a été publié en France chez United Dead Artists en 2008 au format 30×40 cm ; il est malheureusement épuisé.

 

Le nouveau Crumb chez Cornélius

 

Extrait du blog de Cornélius :

Comme son titre l’annonce haut et fort, La Crème de Crumb se propose de réunir en un volume compact la quintessence d’une œuvre polymorphe s’étalant sur plus d’un demi-siècle de création. Ouvrage destiné aux néophytes autant qu’aux amateurs, il recueille les pages emblématiques d’une carrière foisonnante et présente au lecteur une grande quantité de documents rares ou inédits. On y retrouvera un Crumb toujours en verve, qui tire à boulet rouge sur ce qui l’horripile et décortique avec sagacité ce qui l’obsède. Et les sujets ne manquent pas  : humains, animaux, incarnations de l’auteur et ectoplasmes divers défilent pour évoquer le sexe et la religion, le monde moderne et ses mirages, la sacro-sainte famille et ses hypocrisies, l’idéal et le mythe des sixties, la musique et la nostalgie qui s’y attache… La Crème de Crumb permet de découvrir l’évolution d’un style qui n’a cessé de se réinventer au fil des décennies. Piochant dans les carnets de croquis de jeunesse de l’auteur, suivant l’inspiration grotesque et délirante des années psychédéliques jusqu’à la métamorphose réaliste des années 1980, le sommaire composé pour cet ouvrage couvre toutes les périodes de l’œuvre et s’appuie pour une large part sur les originaux. Le livre est complété par une interview-fleuve inédite en français dans laquelle Crumb revient sur ses influences, son histoire familiale et son parcours exceptionnel. Coffre aux trésors, portrait de l’artiste, digest éclairé, La Crème de Crumb est le livre indispensable à tous ceux qui aiment l’auteur de Mister Snoid ou veulent le découvrir.

La Crème de Crumb est un nouveau livre de la collection Pierre. Nous avons souhaité reproduire le format comics pour cet ouvrage, il mesure donc 17 x 24 cm pour 304 pages ! Sous la jaquette se trouve une couverture cartonnée avec marquage bleu brillant, un marque-page assorti et ce superbe volume alterne pages en noir et blanc et en couleur. Et vous remarquerez qu’en ces temps de crise, nous avons fait un effort surhumain pour que ce livre soit accessible aux bourses les plus modestes. Il est dès aujourd’hui disponible en librairie pour la modique somme de 25 euros.

Art Spiegelman, Robert Crumb, Frank Miller à Paris

 

Art Spiegelman est exposé à la BPI du Centre Georges Pompidou jusqu’au 21 mai 2012, Crumb fait l’objet d’une rétrospective au musée d’art moderne de la ville de Paris jusqu’au 19 août, une exposition dont on nous dit le plus grand bien et sur laquelle nous reviendrons, enfin le très réactionnaire Frank Miller présente les planches originales de Sin City jusqu’au 22 mai à la galerie 9e art à Paris.

 

“Goudron pavé” de Laurent Lolmède sort chez United Dead Artists

Le prophète descendit de la montagne et dit :
« VOICI LE NOUVEAU LIVRE DE LOLMÈDE, IL EST EDITÉ
PAR UNITED DEAD ARTISTS ET IL SORT CETTE SEMAINE ! »

C’est un format 30×40 cm, comme ceux de la très fameuse collection « 30/40 » de Futuropolis où entre 1974 et 1993 paraissent les volumes de Calvo, Giraud-Moebius, Tardi, Vaughn Bodé, Jeff Jones, Bernie Wrightson, Bazooka, Victor Moscoso, Joost Swarte, Chantal Montellier, Robert Crumb, Benito Jacovitti, Charlie Schlingo, Mix Mix, Francis Masse, Jean-Claude Forest/Max Cabanes, Willem, Roger Lecureux/Raymond Poïvet, Edmond Baudoin, Jean-Claude Götting et Miles Hyman (j’ignore si la liste est exhaustive).

United Dead Artists relance ce format et c’est une excellente initiative ! Sont déjà disponibles les titres de Loulou Picasso (le seul, pour l’heure, a avoir publié chez UDA et Futuropolis avec Bazooka), Topor, Gilles Berquet, Ichiba Daisuke, Chris Hipkiss, Harukawa Namio, Charles Burns, Gary Panter, etc.

Le blog de Laurent Lolmède est ici, le site de l’éditeur United Dead Artists est .

Top