Jack et Laurent Durieux seront à Paris pour l’inauguration de la galerie “Mondo Graphics” le 25 novembre

ld ill

 

Jack et Laurent Durieux inaugurent la galerie « Mondo Graphics » de Dominique Besson, un marchand d’affiches anciennes qui ouvre un espace exclusivement réservé à la présentation et la vente des affiches sérigraphiées de Mondo. J’ai beaucoup évoqué cet éditeur américain installé à Austin au Texas tant il a œuvré à redonner au plus grand nombre le goût du graphisme et fait connaître mondialement de jeunes artistes tels Olly Moss, Ken Taylor, Jay Shaw, Kevin Tong, Tyler Stout, Tom Whalen, Martin Ansin, Phantom City Creative, Kilian Eng, Jason Edmiston, We Buy Your Kids, Vania Zouravliov, DKNG et utilisé les talents de personnalités reconnus comme Alex Ross, Mike Mignola ou Francesco Francavilla. (Comme vous l’aurez remarqué, il n’y a pas une seule femme parmi les artistes invités par Mondo.)

Largement reprises sur les sites dédiés à la culture Geek et bientôt au-delà, le succès de Mondo a suscité des vocations, on ne compte plus le nombre de petits éditeurs qui, sur le même modèle, impriment des affiches de films. Celles de Mondo, bien que peu onéreuses, ne sont pas des œuvres auxquelles on accède aisément, c’est le moins que l’on puisse dire, tirées à très peu d’exemplaires (300 à 400 ex. en moyenne pour le monde entier, numérotés et le plus souvent signés), elles partent via Internet en moins de deux minutes – ce n’est pas une blague. D’où l’intérêt pour le public de pouvoir se rendre dans cette galerie parisienne qui ne montre que leurs affiches, car à moins de voyager à Austin, on ne les verrait pas autrement.

Laurent Durieux qui vit à Bruxelles est l’exemple type de l’artiste dont Mondo a fait en quelques commandes une vedette du graphisme. Il faut dire que son œuvre impressionne, sa minutie, son sens de la couleur et de la composition l’imposent comme un des grands parmi les contemporains. Et si je ne le montre pas aussi souvent que je le voudrais, c’est que j’éprouve les plus grandes difficultés à dénicher des fichiers de ses œuvres en grand format, comme pour cette récente affiche du Parrain de Coppola, qui est belle à pleurer, ou The Day the Earth Stood Still (Le jour où la terre s’arrêta, 1951).

Voici un travail récent que Laurent a réalisé pour Nautilus Art Prints, une maison d’édition que dirige son frère Jack et qui a débuté ses activités au début de l’année 2014, précisément avec ces deux affiches en hommage à Jules Verne, hommage qui je l’espère appellera d’autres réalisations. Comme chez Mondo, le travail est décliné en deux versions, la regular et la variant, elles gardent le même dessin, seules les couleurs changent. J’ai récupéré les nombreux détails de Voyage au centre de la Terre (1864) sur les pages Facebook de Laurent et Jack. J’essaierai de montrer d’autres affiches dans les jours qui viennent. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

 

jv
 
verne-regular verne-variantd 1 d 2 d 3 d 4 d 5 d 6 d 7 d 8 d 9 d 10 d 11 d 12

 

Inauguration de « Mondo Graphics » au 7 rue Choron (Paris IXe), le mardi 25 novembre à 18 h 30 en présence de Laurent et Jack Durieux. Le site de la galerie est ici.

 

Vous avez deux excellentes raisons de vous trouver à Austin au Texas le 1er novembre prochain

Ce sera l’occasion de vous rendre au 4115 Guadalupe Street pour y visiter l’exposition de la galerie Mondo sur les monstres de Universal Studios. Souvenez-vous, je l’ai déjà évoqué ici et .

 

 

Le soir, à partir de 20 h 30, il y a un rendez-vous à ne pas manquer. Chez Antone’s Nightclub (213 W 5th Street) des groupes se succèderont pour rendre hommage à cet incontournable rénovateur de la Country music, le chanteur et guitariste Gram Parsons (The Byrds, The Flying Burrito Brothers), grand copain des Rolling Stones.

 

 
Mondo de haut en bas :

Laurent Durieux, Dracula, sérigraphie tirée à 350 ex. (24”x36” inches).
Phantom City Creative, The Wolf Man, sérigraphie tirée à 350 ex. (24”x36” inches).
Kevin Tong, The Bride of Frankenstein, sérigraphie tirée à 380 ex. (24”x36” inches).
Jason Edmiston, The Bride of Frankenstein, acrylique sur bois (18”x24” inches).
Jason Edmiston, Dracula, acrylique sur bois (18”x24” inches).
Richey Beckett, The Creature from the Black Lagoon, encre sur papier (19.5”x25.5” inches).

 

L’affiche de Gram Parsons a été réalisée par Jaime Cervantes à partir d’une photo de Robert Altman.

Mondo ces jours-ci

Soutenir l’actualité de la vente des affiches de Mondo relève de l’activité à plein temps. J’ai l’impression que la production a été singulièrement dopée ces dernières semaines. Il y a eu une dizaine de visuels pour The Avengers, l’organisation d’une exposition en hommage à la série animée Adventure Time, et enfin il y a les affiches qui accompagnent la rétrospective célébrant l’été 1982. Cette saison est considérée comme historique par les geeks car elle a vu la sortie dans les salles aux États-Unis de Conan le Barbare, Poltergeist, E.T., L’extra-terrestre, Tron, Star Trek II, The Thing (Carpenter), Pink Floyd The Wall, The Dark Crystal, Mad Max 2 et j’en passe.

 

E.T. par Dan McCarthy que j’ai plus choisi pour la beauté de l’affiche que pour le film dont je garde un souvenir très vague.

 

Ci-dessus : The Avengers: Iron Man par Kevin Tong, The Avengers: Black Widow par Olly Moss, The Avengers: Captain America par Phantom City Creative. Ces deux derniers illustrateurs ont fait l’objet de présentation dans ces colonnes. Vous pouvez découvrir le reste de la série dans les archives de Mondo.

Il est inutile de préciser que ces tirages limités à quelques centaines d’exemplaires se sont arrachés en quelques minutes, que dis-je ?, j’en ai vu partir une en moins de deux minutes, en suivant par hasard la vente en direct sur le compte Twitter de Justin Ishmael.

L’affiche de “The Cabin in the Woods” pour Mondo

Poster by Phantom City Creative. 24″x36″ screen print. Hand numbered. Edition of 350. Printed by D&L Screenprinting. $45.00 – Sold Out!

 

La politique de Mondo qui consiste à tirer ses affiches de cinéma à un nombre très restreint d’exemplaires fait, à mesure que celles-ci gagnent en notoriété via Internet, un nombre inversement élevé de mécontents ; à ce prix-là (34 euros), on comprend le dépit des geeks du monde entier ! Il est notamment reproché à Mondo de favoriser une spéculation effrénée sur eBay. C’est leur fait un bien mauvais procès, car après tout il s’agit de tirages d’art, ceux-ci doivent demeurer confidentiels pour garder ce statut. Et pour ce qui est de la spéculation, on peut toujours leur envoyer Mélenchon, il est particulièrement remonté contre les agioteurs.

J’ajoute l’affiche courante sans laquelle celle de Mondo perdrait tout son sens – c’est le cas de le dire ! Et elle, au moins, n’est pas épuisée…

Je termine sur ce commentaire du réalisateur du film Drew Goddard : “All I ever wanted in life was to make a movie that had its own Mondo poster. I can now exit this mortal coil a happy man.”

Top