Sortie du film d’Olivier Assayas

sils-maria

« Je n’ai jamais aimé l’industrie du cinéma français que je trouve ringarde, en retard de deux guerres sur les formes les plus conventionnelles du cinéma américain ; enlisée dans des débats corporatistes qui ne m’intéressent pas et souvent porteurs de valeurs extrêmement réactionnaires : depuis que je fais du cinéma, à toutes les époques, il ne me semble y avoir entendu qu’un discours revanchard, obsédé par sa détestation de la Nouvelle Vague, obsédé par son désir de tourner enfin cette page, constamment persuadé d’y être enfin parvenu, et constamment déjoué dans cette pauvre ambition du simple fait que l’on ne récrit pas l’histoire.

« L’industrie du cinéma français est riche, prospère, surprotégée et endémiquement mécontente ; comme les agriculteurs subventionnés de la PAC qui pourrissent les sols, empoisonnent la faune et les nappes phréatiques et réclament d’autant plus de subsides pour poursuivre le massacre. »

Olivier Assayas.

 

Cette réflexion est extraite du Nouvel Observateur.

 

“Jodorowsky’s Dune” de Frank Pavich (2013)

Jodo-1
J’ai enfin vu le documentaire de Pavich sur l’adaptation cinématographique de Dune (roman de Frank Herbert publié en 1965) par Alejandro Jodorowsky ; ça fait quand même deux ans que j’en parle dans ces colonnes ! C’est une belle réussite et je ne comprends pas pourquoi, alors qu’il est projeté partout dans le monde, qu’il s’agit d’une coproduction française (Michel Seydoux/Caméra One), le film ne bénéficie toujours pas d’une sortie sur notre territoire – on parle d’un blocage de la copie par la veuve de Moebius, mais cela ne tient pas (ici et ). Et puisque le dvd n’est pas non plus disponible à la vente en France, alors qu’il l’est ailleurs, il reste la solution du téléchargement en anglais.

 
Jodo-2 Jodo-3 Jodo-4 Jodo-5 Jodo-6 Jodo-7 Jodo-8 Jodo-9 Jodo-10 Jodo-11 Jodo-12 Jodo-13 Jodo-14
De haut en bas : une des affiches du film ; le fameux storyboard dessiné par Moebius ; Alejandro Jodorowsky sur le tournage ; Michel Seydoux et Jodorowsky sur le tournage ; Jodorowsky au milieu des années soixante-dix ; David Carradine (qui devait interprêter le rôle du Duc Leto) avec Jodorowsky ; H. G. Giger devant quelques unes des peintures qu’il a réalisé pour le film ; trois d’entre elles ; quatre peintures de Chris Foss pour le film. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Les images viennent de Métropole Films, de Drawning Room et de Le Public système cinéma. Je vous conseille de vous rendre sur le site Dune Info, il est le plus complet sur le récit de cette aventure. Le film de Pavish a un site officiel. J’ai évoqué ce film sur le blog à deux reprises.

 

La bande-annonce de “Adieu au langage”, le dernier Godard

 

Le film est en compétition officielle au prochain Festival de Cannes, il sort en salles le 21 mai à Paris et une semaine après partout ailleurs. L’affiche (cliquez dessus pour l’agrandir) vient de Wild Bunch où vous trouverez aussi des images.

 

Adieu au langage

 

Crumb, Ralph Steadman, Jay Shaw, Sean Phillips, Yann Legendre : des graphistes chez Criterion (2)


Aurais-je été entendu ? Entre le premier article que j’ai consacré en avril 2013 aux graphistes œuvrant chez Criterion et la préparation de celui-ci, alors que je me plaignais du fait que les noms des artistes n’apparaissaient nulle part sur le site de l’éditeur, tous sont devenus visibles !

C’est bien la moindre des choses, tant les pochettes de ces dvd ont fait le succès et la visibilité de Criterion depuis trente ans. Outre la qualité indiscutable du catalogue des films (ce sont pour l’essentiel des rééditions de classiques de toutes les nationalités), ce qui a toujours distingué cet éditeur de ses concurrents américains et étrangers tient précisément à leur emballage et à l’emploi de grands noms pour les illustrer.

Je rappelle quelques principes de cette sélection (cliquez sur les images pour les agrandir). J’ai écarté les pochettes reprenant les affiches originales du cinéma et du théâtre – c’est rarement le cas chez Criterion – ou d’autres visuels anciens (les dessins de Trauner pour les films de Carné, ceux de Kurosawa pour les siens), ainsi que les pochettes utilisant les pictogrammes des films, à l’exception de compositions très originales (à l’exemple de Quadrophenia et Répulsion à découvrir ci-dessous) ou d’un lettrage qui tue (Red River).

Je ne m’attache ici qu’à montrer la création contemporaine (dessin, peinture, palette graphique, graphisme, etc.).

 

1-shaw 2-F. Ron Miller 3-F. Ron Miller 4-Jason Hardy 5-Marian Bantjes 6-Robert Crumb 7-Sam Smith 8-Sam Smith 9-Akiko Stehrenberger 10-Connor Willumsen 11-Times of London 12-Fred Davis 13-Eric Skillman 14-Eric Skillman 15-Eric Skillman16-repulsion-Chow 17-Rodrigo Corral

19-Sean Phillips 20-Yann Legendre 21-Yann Legendre 22-Caitlin Kuhwald 23-Caitlin Kuhwald 24-Ralph Steadman

 

De haut en bas :

 

Repo Man (États-Unis, 1984, Alex Cox) par Jay Shaw (voyez son site). Les illustrations du coffret du film ayant été commandé à Shaw et Tyler Stout, des piliers de l’éditeur d’affiches de cinéma Mondo, installé à Austin au Texas, ce dernier a réalisé deux sérigraphies de Repo Man. Je glisse le lien avec une vidéo où Jay Shaw évoque le film avec son réalisateur Alex Cox, il vient du blog de Mondo (le son est défectueux pendant 50 secondes, ça s’arrange après).

 

Foreign Correspondent (Correspodant 17, États-Unis, 1940, Alfred Hitchcock) et Lonesome (Solitude, États-Unis, 1928, Paul Fejos) par F. Ron Miller qui est, en outre, le directeur artistique de la collection. Son blog détaille le travail qu’il effectue pour Critérion.

 

Letter Never Sent (La Lettre inachevée, Russie, 1959, Mikhaïl Kalatozov) par Jason Hardy, dont le site n’est malheusement pas à jour.

 

Charulata (Inde, 1964, Satyajit Ray) par Marian Bantjes. Le site de la Canadienne est ici.

 

Crumb (États-Unis, 1995, Terry Zwigoff) par Robert Crumb. On retrouve le réalisateur et le dessinateur pour la pochette de Louie Bluie montrée précédemment.

 

House (Hausu, Japon, 1977, Nobuhiko Ōbayashi) et World On a Wire (Welt am Draht/Le Monde sur le fil, Allemagne, 1973, Rainer Werner Fassbinder) par Sam Smith (il a une page sur Flickr).

 

Life During Wartime (États-Unis, 2010, Todd Solondz) par Akiko Stehrenberger (site).

 

The Killing (L’Ultime razzia, États-Unis, 1956, Stanley Kubrick) par Connor Willumsen (site).

 

Quadrophenia (Grande-Bretagne, 1979, Franc Roddam) par Times of London. Je n’ai pas trouvé la moindre information sur Times of London… Si quelqu’un a une piste qu’il se fasse connaître.

 

The Life and Death of Colonel Blimp (Le Colonel Blimp, Grande-Bretagne, 1943, Michael Powell et Emeric Pressburger) par Fred Davis qui possède deux adresses, ici et .

 

I Married a Witch (Ma femme est une sorcière, États-Unis, 1942, René Clair), Stagecoach (La Chevauchée fantastique, États-Unis, 1939, John Ford) et Red River (La Rivière rouge, États-Unis, 1948, Howard Hawks) par Eric Skillman qui est un collaborateur régulier de Criterion. J’ai montré l’an passé sa pochette pour Night Train to Munich. Il est beaucoup question sur son site de Criterion et du travail de ses petits camarades.

 

Repulsion (Grande-Bretagne, 1965, Roman Polanski) par Steve Chow (site).

 

A Brief History of Time (États-Unis, 1991, Errol Morris) par Rodrigo Corral (site).

 

12 Angry Men (Douze hommes en colère, États-Unis, 1957, Sydney Lumet) par Sean Phillips qui était déjà présent dans la précédente sélection. Il possède deux adresses, ici et .

 

– Deux films de Louis Malle : Zazie dans le métro (France, 1960) et Black Moon (France, 1975) par Yann Legendre. Vous connaissez sans doute le travail de Legendre, il illustre des couvertures pour l’éditeur Inculte, voici son site.

 

The Organizer (I compagni/Les Camarades, Italie, 1963, Mario Monicelli) et To Be or Not To Be (Jeux dangereux, États-Unis, 1942, Ernst Lubitsch) par Caitlin Kuhwald (site).

 

Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas parano, États-Unis, 1998, Terry Gilliam) par Ralph Steadman.

 

Projection le 28 janvier à Paris du film de Tom de Pékin “Le Parc, les prolégomènes d’Haldernablou”

TOM-MARDI

 

Haldernablou a été présenté ici et . Cliquez sur l’annonce pour l’agrandir.

“Éros militant : le cinéma de Lionel Soukaz”, colloque international du 4 au 7 décembre à Paris (programme complet)

programme-colloque-soukaz-1 programme-colloque-soukaz-2 programme-colloque-soukaz-3 programme-colloque-soukaz-4 programme-colloque-soukaz-5 programme-colloque-soukaz-6 programme-colloque-soukaz-7

 

 

Deux adresses pour compléter ces informations : le site du colloque et sa page sur Facebook.

 

 

Jean Renoir céramiste

 

Ça fait des années que je sais que Renoir a été céramiste avant de devenir réalisateur, or je n’avais jamais eu l’occasion de voir ses créations. Une vente récente autour des effets de son père, nous permet d’en découvrir deux.

Le vase et un bol viennent de Heritage Auctions.

 

 

ren-1ren-2

 

L’affiche de Tom de Pékin pour le festival “Chéries, chéris”

 

Après les visuels pour L’Inconnu du lac et la couverture de L’Âme atomique de René Schérer et Guy Hocquenghem, Tom de Pékin nous offre un troisième feu d’artifice avec l’affiche du festival « Chéries, chéris » pour le Forum des images.

 

Chéries-chéris-Tom

 

Retrouver l’affiche sur Suite canine.

 

La belle affiche du film “Bambi” (2013)

bambi-1

 

Présentation : Dès sa plus tendre enfance à Alger, Marie-Pierre ne veut s’habiller qu’en robe et refuse obstinément son prénom de naissance : Jean-Pierre. À 17 ans, sa vie bascule lorsqu’elle découvre la revue d’un cabaret de travestis en tournée : le Carrousel de Paris. En quelques années, elle devient « Bambi », figure mythique des cabarets parisiens des années 50-60.

 

En recueillant le témoignage d’une des premières transsexuelles françaises, Sébastien Lifshitz poursuit le travail entamé avec Les Invisibles et trace le destin d’une personnalité hors du commun.

 

bambi-2 bambi-3

 

Bambi et Sébastien Lifshitz seront le jeudi 27 juin à 19 h à la librairie « Les Mots à la bouche » (6, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, Paris IVe), puis tout à côté, au cinéma MK2 Beaubourg à 20 h 15 pour une présentation du film.

 

Le documentaire de Sébastien Lifshitz est actuellement dans les salles, le dvd du film vient tout juste de sortir. Les images et les informations viennent du distributeur Epicentre films et du site de Sébastien Lifshitz.

 

bambi-4

 

Encore un beau visuel de Tom de Pékin pour “L’Inconnu du lac”

 
dessin-tom

 

Cliquer sur Tom de Pékin ci-dessous pour voir ses images sur ce blog.

Retour sur le “Dune” de Jodorowsky

J’avais montré à la fin de l’année dernière la très belle affiche du film Jodorowsky’s Dune que Mondo avait fait faire à Kilian Eng. Dans ce documentaire Frank Pavich retrace l’aventure et l’échec de l’adaptation du roman de Frank Herbert par Jodorowsky (1974-76), un projet pharaonique qui ne cesse de faire rêver.

 

J’y reviens avec quelques images, le film ayant été présenté depuis à Cannes à « La Quinzaine des réalisateurs ».

 

dune1-annonce dune2-Jodorowsky-Sardaukar-Moebius dune3-signal-1 dune4-signal-2 dune5-eng

 

 

De haut en bas : La première affiche annonçant le tournage du film et une photo de la même époque qui montre Jodorowsky (à gauche) et Moebius entourant un Sardaukar viennent du service de presse de la production du documentaire. Nick Stewart Hoyle propose sur Signal Starr une affiche et une fausse jaquette de cassette VHS du documentaire de Pavich. Deux dessins préparatoires de Kilian Eng pour l’affiche de Mondo.

 

Je signale aussi l’adresse du site Dune Info qui évoque tout cela très bien et depuis pas mal de temps. Enfin, la page Facebook de Métal Hurlant vient gentiment d’offrir un Pdf du supplément au magazine n° 107 (janvier 1985), c’est un dossier sur le film de Jodorowsky abondamment illustré du trio magique composé de Chris Foss, H. R. Giger et Moebius. 

 

Projection de “L’An 01” et publication de “Tout s’allume” de Gébé. Pacôme Thiellement et Delfeil de Ton seront présents pour en parler le vendredi 14 juin à Paris

An-01-1 An-01-2 An-01-3 An-01-4

Top