Daredevil par Paolo Rivera

 

Un autre Daredevil du même Rivera est visible ici. Je les ai trouvé sur Super Punch.

Nouvelle soirée de soutien vendredi en faveur de la librarie “Le flâneur des deux rives”

 

Il y a tout juste un mois, une première soirée était organisée pour venir en aide aux amis du « Flâneur des deux rives ». Ils  remettent le couvert vendredi. Nous y serons, bien sûr, en espérant que celles et ceux qui n’avaient pas pu se déplacer pourrront se joindre à nous.

On rappelle les très grandes difficultés que rencontrent la plupart des librairies dans le centre de Paris, y compris celles que l’on croyait intouchables. Les problèmes trouvent essentiellement leur source dans les loyers délirants que pratiquent des entreprises peu enclines à la philanthropie. Il reste à savoir si la ville de Paris défend la librairie indépendante ou si elle la laisse crever, préférant voir à la place des banques et des enseignes de luxe. On nous a suffisamment pompé l’air avec la soit-disante politique culturelle du Parti socialiste pour que cette épreuve ait valeur de test.

L’exposition des dessins de Charles Burns à New York en 2008 (I)

 

Présentation de la galerie :

Adam Baumgold Gallery presents an exhibition of drawings by Charles Burns from September 5 through October 12, 2008. This will be Charles Burns’ first New York solo exhibition and will include fifty seminal drawings executed in the last 25 years that showcases Burns’ masterful pen and ink drawings for his award winning comic books and other publications.

Featured in the exhibition will be covers and drawings for the serialized version of Charles Burns’ epic graphic novel Black Hole, that received the Harvey Award, as well as the drawings for the covers and pages of Skin Deep, Big Baby, and El Borbah, and a rare Raw era Dog Boy strip. The exhibition will also have drawings and covers for The New Yorker, Esquire and numerous other magazines that include drawings of cult figures William S. Burroughs and Robert Crumb. Also included will be the cover of Permagel the new large scale book of Burns’ art published by French publisher United Dead Artists.

Drawn in stark black and white with a distinctive line, Burns’ comics range in ambiance from kitschy pop culture nostalgia to bleak horror. Themes of adolescence and sexual awakening mingle with recurrent imagery of mutation, plague, alienation and violence. Drawings from his epic graphic novel Black Hole examine a nightmarish world in graphic detail, tempering horror with exquisite beauty. Overlapping metaphors for AIDS and social breakdown with realistic storytelling about the “normal” disturbances of teenage life, Burns blurs, or even reverses the line between normal and aberrant.

Charles Burns’ drawings first became known in the legendary comics magazine Raw in the 1980s. His comic stories Big Baby and Dog Boy were serialized in alternative weekly papers throughout the United States. His drawings also appeared on the covers and in the pages of Rolling Stone, The New York Times, The Believer and many other publications, as well as on the album covers of Iggy Pop and others. His drawings were the subject of a solo exhibition “Charles Burns” at the Pennsylvania Academy of Arts Museum in 1999. His work was included in the exhibition “Disparities and Deformations: Our Grotesque” at the SITE Santa Fe Biennial in 2004 curated by Robert Storr. Burns contributed to the animated feature Fear(s) of the Dark which will be released in October by IFC. Charles Burns lives and works in Philadelphia.

 

Toutes les images viennent du site de la galerie Adam Baumgold à New York, le détail de chaque dessin en noir et blanc y figure – ce sont toujours des encres de Chine sur papier, les formats ne varient pas de beaucoup.

Dans une deuxième partie, je réunirai quelques images de Permagel dont il est question dans la présentation, le livre a été publié en France chez United Dead Artists en 2008 au format 30×40 cm ; il est malheureusement épuisé.

 

Alphonse Allais, “Album primo-avrilesque” (1897)

 

Alphonse Allais, Album primo-avrilesque, Paris, P. Ollendorff, 1897, in-8 oblong (12×18,5 cm), 26 p. Le livre est conservé à la Bibliothèque nationale de France, au département des livres rares. Pour le voir en ligne, c’est ici.

Le volume a été réédité par les éditions Al Dante en 2005 avec une postface de Marc Partouche, dans un format légèrement supérieur (17×24,5).

Je remercie chaleureusement Antoine Sausverd de m’avoir envoyé ce lien. Antoine anime le site Töpfferiana qui, comme son nom l’indique, s’intéresse aux nombreuses créations graphiques du XIXe siècle à partir de l’œuvre du Genevois Rodolphe Töpffer, l’inventeur de la bande dessinée. C’est remarquablement illustré et l’information est d’une qualité exceptionnelle.

Le nouveau Crumb chez Cornélius

 

Extrait du blog de Cornélius :

Comme son titre l’annonce haut et fort, La Crème de Crumb se propose de réunir en un volume compact la quintessence d’une œuvre polymorphe s’étalant sur plus d’un demi-siècle de création. Ouvrage destiné aux néophytes autant qu’aux amateurs, il recueille les pages emblématiques d’une carrière foisonnante et présente au lecteur une grande quantité de documents rares ou inédits. On y retrouvera un Crumb toujours en verve, qui tire à boulet rouge sur ce qui l’horripile et décortique avec sagacité ce qui l’obsède. Et les sujets ne manquent pas  : humains, animaux, incarnations de l’auteur et ectoplasmes divers défilent pour évoquer le sexe et la religion, le monde moderne et ses mirages, la sacro-sainte famille et ses hypocrisies, l’idéal et le mythe des sixties, la musique et la nostalgie qui s’y attache… La Crème de Crumb permet de découvrir l’évolution d’un style qui n’a cessé de se réinventer au fil des décennies. Piochant dans les carnets de croquis de jeunesse de l’auteur, suivant l’inspiration grotesque et délirante des années psychédéliques jusqu’à la métamorphose réaliste des années 1980, le sommaire composé pour cet ouvrage couvre toutes les périodes de l’œuvre et s’appuie pour une large part sur les originaux. Le livre est complété par une interview-fleuve inédite en français dans laquelle Crumb revient sur ses influences, son histoire familiale et son parcours exceptionnel. Coffre aux trésors, portrait de l’artiste, digest éclairé, La Crème de Crumb est le livre indispensable à tous ceux qui aiment l’auteur de Mister Snoid ou veulent le découvrir.

La Crème de Crumb est un nouveau livre de la collection Pierre. Nous avons souhaité reproduire le format comics pour cet ouvrage, il mesure donc 17 x 24 cm pour 304 pages ! Sous la jaquette se trouve une couverture cartonnée avec marquage bleu brillant, un marque-page assorti et ce superbe volume alterne pages en noir et blanc et en couleur. Et vous remarquerez qu’en ces temps de crise, nous avons fait un effort surhumain pour que ce livre soit accessible aux bourses les plus modestes. Il est dès aujourd’hui disponible en librairie pour la modique somme de 25 euros.

Before Watchmen

Déjà brièvement évoqué, je suis de loin en loin les nouvelles de la série Before Watchmen (sans Alan Moore ni Dave Gibbons). Je ne l’ai toujours pas lu, ignore si c’est traduit, mais j’éprouve de la curiosité en découvrant les couvertures sur Super Punch.

Vendredi soir venez soutenir la librairie “Le Flâneur des deux rives” !

Akira par Otomo Katsuhiro

Il a été question du film Akira ici.

Art Spiegelman, Robert Crumb, Frank Miller à Paris

 

Art Spiegelman est exposé à la BPI du Centre Georges Pompidou jusqu’au 21 mai 2012, Crumb fait l’objet d’une rétrospective au musée d’art moderne de la ville de Paris jusqu’au 19 août, une exposition dont on nous dit le plus grand bien et sur laquelle nous reviendrons, enfin le très réactionnaire Frank Miller présente les planches originales de Sin City jusqu’au 22 mai à la galerie 9e art à Paris.

 

Le Candide de Voltaire par Chris Ware

Alors que cela tombe sous le sens, il n’y a que chez Penguin Books où l’on entend dire “Tiens ! et si l’on demandait à Chris Ware d’illustrer la couverture de la réédition de Candide ?”

 

Candide: Or Optimism, Penguin Classics Deluxe Edition, États-Unis, 2011. La fiche du livre est ici.

Un autre éditeur américain, Mondo, a compris dans le même temps tout l’intérêt qu’il y a à s’adresser à Chris Ware pour lui commander une illustration, c’est à voir ici.

Bientôt chez les libraires : “Le Tampographe Sardon”

On annonce la parution dans quinze jours d’un ouvrage retraçant le parcours de Vincent Sardon, auteur de bande dessinée, illustrateur, dessinateur de presse, blogeur, humoriste, graphiste et tampographe. Comme ça a l’air d’un paveton, solidement relié et broché, tout en couleur, je m’y prends un peu à l’avance afin que vous mettiez des pépètes de côté.

Son éditeur L’Association vient enfin d’ouvrir son site Internet. C’était devenu l’Arlésienne !

Before Watchmen

Les autres couvertures sont à découvrir ici. L’original (scénario d’Alan Moore, dessins de Dave Gibbons, Jean-Patrick Manchette pour la traduction française) avait reçu le prix Hugo en 1988. Pour savoir si c’est une bonne idée de redémarrer la série et de le faire sans ses auteurs (Alan Moore s’est opposé au principe, comme il l’a fait de toutes les adaptations cinématographiques de ses histoires), il faudra attendre les publications.

Top