Affiche de la première mondiale du film “Ladies and Gentlemen: The Rolling Stones” à New York (1974)

Ladies-1974

 

La soirée s’est déroulée le 14 avril 1974 au Ziegfeld Theatre de New York. Réalisé par Rollin Binzer, produit par Binzer et Marshall Chess, filmé en couleurs en 16 mm puis gonflé en 35 mm pour son exploitation, Ladies and Gentlemen: The Rolling Stones témoigne de la tournée S.T.P. (Stones Touring Party) aux États-Unis à l’été 1972 et en particulier des concerts des 24 et 25 juin à Fort Worth et Houston au Texas qui sont enregistrés ici.

 

L’affiche (cliquez dessus pour l’agrandir) qui mesure 26,67 x 87 cm vient des archives de Heritage Auctions. J’ai aussi pioché des informations sur le film dans la fiche que lui consacre Wikipédia en anglais.

 

Crumb, Ralph Steadman, Jay Shaw, Sean Phillips, Yann Legendre : des graphistes chez Criterion (2)


Aurais-je été entendu ? Entre le premier article que j’ai consacré en avril 2013 aux graphistes œuvrant chez Criterion et la préparation de celui-ci, alors que je me plaignais du fait que les noms des artistes n’apparaissaient nulle part sur le site de l’éditeur, tous sont devenus visibles !

C’est bien la moindre des choses, tant les pochettes de ces dvd ont fait le succès et la visibilité de Criterion depuis trente ans. Outre la qualité indiscutable du catalogue des films (ce sont pour l’essentiel des rééditions de classiques de toutes les nationalités), ce qui a toujours distingué cet éditeur de ses concurrents américains et étrangers tient précisément à leur emballage et à l’emploi de grands noms pour les illustrer.

Je rappelle quelques principes de cette sélection (cliquez sur les images pour les agrandir). J’ai écarté les pochettes reprenant les affiches originales du cinéma et du théâtre – c’est rarement le cas chez Criterion – ou d’autres visuels anciens (les dessins de Trauner pour les films de Carné, ceux de Kurosawa pour les siens), ainsi que les pochettes utilisant les pictogrammes des films, à l’exception de compositions très originales (à l’exemple de Quadrophenia et Répulsion à découvrir ci-dessous) ou d’un lettrage qui tue (Red River).

Je ne m’attache ici qu’à montrer la création contemporaine (dessin, peinture, palette graphique, graphisme, etc.).

 

1-shaw 2-F. Ron Miller 3-F. Ron Miller 4-Jason Hardy 5-Marian Bantjes 6-Robert Crumb 7-Sam Smith 8-Sam Smith 9-Akiko Stehrenberger 10-Connor Willumsen 11-Times of London 12-Fred Davis 13-Eric Skillman 14-Eric Skillman 15-Eric Skillman16-repulsion-Chow 17-Rodrigo Corral

19-Sean Phillips 20-Yann Legendre 21-Yann Legendre 22-Caitlin Kuhwald 23-Caitlin Kuhwald 24-Ralph Steadman

 

De haut en bas :

 

Repo Man (États-Unis, 1984, Alex Cox) par Jay Shaw (voyez son site). Les illustrations du coffret du film ayant été commandé à Shaw et Tyler Stout, des piliers de l’éditeur d’affiches de cinéma Mondo, installé à Austin au Texas, ce dernier a réalisé deux sérigraphies de Repo Man. Je glisse le lien avec une vidéo où Jay Shaw évoque le film avec son réalisateur Alex Cox, il vient du blog de Mondo (le son est défectueux pendant 50 secondes, ça s’arrange après).

 

Foreign Correspondent (Correspodant 17, États-Unis, 1940, Alfred Hitchcock) et Lonesome (Solitude, États-Unis, 1928, Paul Fejos) par F. Ron Miller qui est, en outre, le directeur artistique de la collection. Son blog détaille le travail qu’il effectue pour Critérion.

 

Letter Never Sent (La Lettre inachevée, Russie, 1959, Mikhaïl Kalatozov) par Jason Hardy, dont le site n’est malheusement pas à jour.

 

Charulata (Inde, 1964, Satyajit Ray) par Marian Bantjes. Le site de la Canadienne est ici.

 

Crumb (États-Unis, 1995, Terry Zwigoff) par Robert Crumb. On retrouve le réalisateur et le dessinateur pour la pochette de Louie Bluie montrée précédemment.

 

House (Hausu, Japon, 1977, Nobuhiko Ōbayashi) et World On a Wire (Welt am Draht/Le Monde sur le fil, Allemagne, 1973, Rainer Werner Fassbinder) par Sam Smith (il a une page sur Flickr).

 

Life During Wartime (États-Unis, 2010, Todd Solondz) par Akiko Stehrenberger (site).

 

The Killing (L’Ultime razzia, États-Unis, 1956, Stanley Kubrick) par Connor Willumsen (site).

 

Quadrophenia (Grande-Bretagne, 1979, Franc Roddam) par Times of London. Je n’ai pas trouvé la moindre information sur Times of London… Si quelqu’un a une piste qu’il se fasse connaître.

 

The Life and Death of Colonel Blimp (Le Colonel Blimp, Grande-Bretagne, 1943, Michael Powell et Emeric Pressburger) par Fred Davis qui possède deux adresses, ici et .

 

I Married a Witch (Ma femme est une sorcière, États-Unis, 1942, René Clair), Stagecoach (La Chevauchée fantastique, États-Unis, 1939, John Ford) et Red River (La Rivière rouge, États-Unis, 1948, Howard Hawks) par Eric Skillman qui est un collaborateur régulier de Criterion. J’ai montré l’an passé sa pochette pour Night Train to Munich. Il est beaucoup question sur son site de Criterion et du travail de ses petits camarades.

 

Repulsion (Grande-Bretagne, 1965, Roman Polanski) par Steve Chow (site).

 

A Brief History of Time (États-Unis, 1991, Errol Morris) par Rodrigo Corral (site).

 

12 Angry Men (Douze hommes en colère, États-Unis, 1957, Sydney Lumet) par Sean Phillips qui était déjà présent dans la précédente sélection. Il possède deux adresses, ici et .

 

– Deux films de Louis Malle : Zazie dans le métro (France, 1960) et Black Moon (France, 1975) par Yann Legendre. Vous connaissez sans doute le travail de Legendre, il illustre des couvertures pour l’éditeur Inculte, voici son site.

 

The Organizer (I compagni/Les Camarades, Italie, 1963, Mario Monicelli) et To Be or Not To Be (Jeux dangereux, États-Unis, 1942, Ernst Lubitsch) par Caitlin Kuhwald (site).

 

Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas parano, États-Unis, 1998, Terry Gilliam) par Ralph Steadman.

 

Trois films d’Alfred Hitchcock par Laurent Durieux pour Mondo

1-Laurent-Durieux-vertigo-regular 2-Laurent-Durieux-The-Birds 3-Laurent-Durieux-rear_window_regular 4-Laurent-Durieux-rear_window_variant

 

Ces affiches qui sont belles à pleurer viennent du site Collider qui a obtenu l’exclusivité de les présenter. Une cinquième affiche y figure que je n’ai pas reprise ici… (Ça, c’est du teaser !)

La galerie Mondo organise par ailleurs une exposition des travaux de Laurent Durieux à Austin au Texas. Je me demande bien qui fera la première exposition en France d’un collaborateur de Mondo…

 

 

DurieuxPostcardDIGITAL_700px

Affiche française de “ Vingt mille lieues sous les mers” de Disney (1976)

20-000

 

Grande affiche (115 x 155 cm) pour le film 20,000 Leagues Under the Sea (1954) de Richard Fleischer produit par Walt Disney d’après Jules Verne. Cliquez sur l’image pour l’agrandir. Elle vient des archives de Heritage Auctions.

J’ai montré une affiche de Ken Taylor éditée par Mondo pour le même film ici.

Films by John Lennon and Yoko Ono

Films-by-John-and-Yoko

 

Affichette (35 x 45 cm) composée à partir d’une photographie de Iain Macmillan, un Écossais ami du couple, pour Joko Film Productions en 1972. L’image vient de Heritage Auctions, cliquez dessus pour l’agrandir.

 

Le dernier titre de Serious Publishing “Bikers” est disponible en librairie

bikers

 

Présentation de l’éditeur :

Bikers, Les motards sauvages à l’écran (Serious Publishing, 2013)

108 films de motards, décortiqués par Jean-William Thoury, avant-propos de Sonny Barger, maquette de Jimmy Pantera, 316 pages, format 16 x 24 cm.

Le 1er livre en français sur le sujet !

Unissant deux passions, le cinéma et les motos américaines, Jean-William Thoury rédige Bikers, Les motards sauvages à lécran. Il existait deux livres en anglais sur ce sujet, mais moins fouillés et moins complets, Two Wheels on Reels (2000), The Big Book of Biker Flicks (2005). Celui-ci vient combler un vide, répondre à un manque évident.

Trois années décriture sont nécessaires pour mener à bien un projet qui s’apparente à un « dictionnaire amoureux », les choix étant assumés comme personnels, subjectifs. À la rédaction proprement dite s’ajoute évidemment un travail de recherche afin de pouvoir visionner chaque film en intégralité, autant de fois que nécessaire. Il faut par ailleurs localiser des documents pouvant illustrer le texte.

108 films exploitant le « phénomène biker » sont finalement retenus. Chacun fait l’objet d’une entrée plus ou moins longue suivant son intérêt intrinsèque ou son importance, son influence dans cette catégorie de cinéma.

 

 

the wild angelsSavage_seven

 

Une fois n’est pas coutume, j’ai complètement oublié de noter l’origine de ces deux images qui illustrent le livre (et illustraient déjà la souscription en ligne). Elles pourraient bien venir de Wrong Side of the Heart, un site qui dégote les meilleures affiches des pires séries B, Z, de S.-F., d’horreur, bref, un site indispensable pour briller en société. En tous les cas, si elles vous plaisent, vous n’avez qu’à cliquer dessus pour les agrandir. J’ajoute enfin qu’ayant pris la photo dans la vitrine de « Timeless Vinyls », vous trouverez le livre à coup sûr au 127, rue de Turenne, Paris, IIIe.

Affiche de Jan Lenica pour “Aleksandre Nevski” (1966)

jan-lenica

 

Continuons en beauté cette série sur le cinéma soviétique avec cette œuvre du Polonais Jan Lenica. Le film d’Eisenstein date de 1938. L’affiche réalisée pour le marché allemand vient de Heritage Auctions.

J’en profite pour mettre un lien avec Aleksandre Nevski en version originale sous-titrée en français.

 


 

L’affiche originale russe de “Solaris” (1972)

Solaris-72

 

Je sais que je viens de montrer une autre affiche du film de Tarkovski, mais là, franchement, je ne pouvais pas ne pas mettre celle-ci découverte par hasard et que Heritage Auctions avait dans ses archives dans une qualité remarquable.

 

Affiche italienne de “Solaris” (1974)

Solaris-italien

 

Le film date de 1972, l’affiche est signée de Renato Casaro. L’image vient de Heritage Auctions.

Le distributeur s’est sans doute un peu avancé en comparant l’œuvre de Tarkovski avec celle de Kubrick, et de l’évoquer comme une « réponse » à 2001. Solaris est ici et .

  

 

La belle affiche du film “Bambi” (2013)

bambi-1

 

Présentation : Dès sa plus tendre enfance à Alger, Marie-Pierre ne veut s’habiller qu’en robe et refuse obstinément son prénom de naissance : Jean-Pierre. À 17 ans, sa vie bascule lorsqu’elle découvre la revue d’un cabaret de travestis en tournée : le Carrousel de Paris. En quelques années, elle devient « Bambi », figure mythique des cabarets parisiens des années 50-60.

 

En recueillant le témoignage d’une des premières transsexuelles françaises, Sébastien Lifshitz poursuit le travail entamé avec Les Invisibles et trace le destin d’une personnalité hors du commun.

 

bambi-2 bambi-3

 

Bambi et Sébastien Lifshitz seront le jeudi 27 juin à 19 h à la librairie « Les Mots à la bouche » (6, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, Paris IVe), puis tout à côté, au cinéma MK2 Beaubourg à 20 h 15 pour une présentation du film.

 

Le documentaire de Sébastien Lifshitz est actuellement dans les salles, le dvd du film vient tout juste de sortir. Les images et les informations viennent du distributeur Epicentre films et du site de Sébastien Lifshitz.

 

bambi-4

 

Walt Disney sur France culture le samedi 15 juin à 16 h

steamboat-willie-tom-whalen

 

 

Une vie, une œuvre :

« Walt Disney (1901-1966) » par Barbara Turquier

Réalisation : Gilles Davidas

 

Pendant des décennies, Walt Disney a été l’emblème du divertissement industrialisé et mondialisé. Aujourd’hui Walt Disney a, semble-t-il, rejoint le giron patrimonial, alors que grâce à Pixar, les dessins animés Disney ont renoué avec le succès…

 

Ce portrait s’efforce d’abord de détacher l’homme de la société qu’il a fondée. L’itinéraire personnel de Walt Disney ne peut être dissous dans les valeurs qu’on assigne à son empire : le moralisme bon ton américain, la marchandisation du monde de l’enfance, l’exemple typique d’une culture populaire globalisée. Disney est, comme un grand nombre de ses héros, engagé dans un rapport complexe, ambivalent avec son image : difficile de faire plus patriote, plus visionnaire, plus entrepreneur que lui. Mais son parcours est marqué par des failles, des envies de revanches – sociales, patronales, amicales —, par des intuitions géniales, mais aussi par des échappées visionnaires inabouties – tel que le projet de ville utopique EPCOT.

 

Il s’agit également de décoller Walt Disney du seul périmètre du dessin animé, pour redonner à sa vision toute son ampleur : celle d’un monde orienté par le divertissement, qui inclut des films, certes, mais aussi des parcs, des produits dérivés, une ville utopique… Ces idées constituent une vision de la société orientée par le spectacle, le loisir, le jeu, la nostalgie de l’enfance et la recherche du réconfort. En cela, Walt Disney préfigure un bon nombre de développements de nos sociétés contemporaines.

 

Enfin, suivre la vie de Disney, c’est explorer sa relation complexe avec l’Amérique, ses mythes et son histoire, des débuts de Hollywood à la Grande Dépression, de la Seconde Guerre mondiale à l’émergence de la société de consommation.

 

Invités :

Bruno Girveau, directeur du Palais des Beaux-Arts de Lille.

Pierre Lambert, spécialiste du cinéma d’animation.

Thibaut Clément, maître de conférences en civilisation américaine.

Michael Barrier, biographe de Walt Disney.

Stéphane Degoutin, artiste et chercheur.

Serge Bromberg, producteur et restaurateur de films.

 

 

WD-2 WD-3 WD-4

 

La présentation du programme est disponible ici.

Les illustrations sont signées de Tom Whalen, ce sont des affiches sérigraphiées réalisées pour Mondo entre 2011 et 2012 dans le cadre d’une série consacrée à Disney.

“Man of Steel”, affiches de Martin Ansin pour Mondo

ANSIN-MANOFSTEEL-R

 
Je n’ai pas du tout envie de voir ce Superman au cinéma, mais l’affiche que Martin Ansin a réalisé pour Mondo me fait pousser un long sifflement d’admiration que j’espère partager ici !

 

Sérigraphie de 24 x 36inches, en deux éditions : une courante dont le nombre d’exemplaires reste à déterminer – c’est rare chez Mondo – proposée à 50 dollars et une variante métalisée tirée à 130 ex. et vendue 300 dollars – un prix de vente élevé, c’est rare aussi.

 

ANSIN-MANOFSTEEL-V

 

Top