Jack et Laurent Durieux seront à Paris pour l’inauguration de la galerie “Mondo Graphics” le 25 novembre

ld ill

 

Jack et Laurent Durieux inaugurent la galerie « Mondo Graphics » de Dominique Besson, un marchand d’affiches anciennes qui ouvre un espace exclusivement réservé à la présentation et la vente des affiches sérigraphiées de Mondo. J’ai beaucoup évoqué cet éditeur américain installé à Austin au Texas tant il a œuvré à redonner au plus grand nombre le goût du graphisme et fait connaître mondialement de jeunes artistes tels Olly Moss, Ken Taylor, Jay Shaw, Kevin Tong, Tyler Stout, Tom Whalen, Martin Ansin, Phantom City Creative, Kilian Eng, Jason Edmiston, We Buy Your Kids, Vania Zouravliov, DKNG et utilisé les talents de personnalités reconnus comme Alex Ross, Mike Mignola ou Francesco Francavilla. (Comme vous l’aurez remarqué, il n’y a pas une seule femme parmi les artistes invités par Mondo.)

Largement reprises sur les sites dédiés à la culture Geek et bientôt au-delà, le succès de Mondo a suscité des vocations, on ne compte plus le nombre de petits éditeurs qui, sur le même modèle, impriment des affiches de films. Celles de Mondo, bien que peu onéreuses, ne sont pas des œuvres auxquelles on accède aisément, c’est le moins que l’on puisse dire, tirées à très peu d’exemplaires (300 à 400 ex. en moyenne pour le monde entier, numérotés et le plus souvent signés), elles partent via Internet en moins de deux minutes – ce n’est pas une blague. D’où l’intérêt pour le public de pouvoir se rendre dans cette galerie parisienne qui ne montre que leurs affiches, car à moins de voyager à Austin, on ne les verrait pas autrement.

Laurent Durieux qui vit à Bruxelles est l’exemple type de l’artiste dont Mondo a fait en quelques commandes une vedette du graphisme. Il faut dire que son œuvre impressionne, sa minutie, son sens de la couleur et de la composition l’imposent comme un des grands parmi les contemporains. Et si je ne le montre pas aussi souvent que je le voudrais, c’est que j’éprouve les plus grandes difficultés à dénicher des fichiers de ses œuvres en grand format, comme pour cette récente affiche du Parrain de Coppola, qui est belle à pleurer, ou The Day the Earth Stood Still (Le jour où la terre s’arrêta, 1951).

Voici un travail récent que Laurent a réalisé pour Nautilus Art Prints, une maison d’édition que dirige son frère Jack et qui a débuté ses activités au début de l’année 2014, précisément avec ces deux affiches en hommage à Jules Verne, hommage qui je l’espère appellera d’autres réalisations. Comme chez Mondo, le travail est décliné en deux versions, la regular et la variant, elles gardent le même dessin, seules les couleurs changent. J’ai récupéré les nombreux détails de Voyage au centre de la Terre (1864) sur les pages Facebook de Laurent et Jack. J’essaierai de montrer d’autres affiches dans les jours qui viennent. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

 

jv
 
verne-regular verne-variantd 1 d 2 d 3 d 4 d 5 d 6 d 7 d 8 d 9 d 10 d 11 d 12

 

Inauguration de « Mondo Graphics » au 7 rue Choron (Paris IXe), le mardi 25 novembre à 18 h 30 en présence de Laurent et Jack Durieux. Le site de la galerie est ici.

 

“Yé-Yé Girls of ‘60s French Pop” par Jean-Emmanuel Deluxe

ye-ye 1

 

Jean-Emmanuel a rédigé un livre sur les chanteuses françaises (et étrangères chantant en français) de la génération yé-yé, les Françoise Hardy, Sylvie Vartan, France Gall, Sheila, Chantal Goya, Dani, Jane Birkin, Brigitte Bardot, Anna Karina, mais aussi des personnalités plus en marge comme Stella que l’on retrouvera chez Magma. Idoles à part entière, vedettes d’un tube, actrices de passage, il les ressuscite au milieu de pochettes de disques, de couvertures de magazines, de publicités, s’entretient avec certaines d’entre elles et recontextualise l’apparition de ce phénomène dans la société française.

 

ye-ye 2 ye-ye 3 ye-ye 4 Francoise Hardy

 

Grand connaisseur des musiques actuelles, Jean-Emmanuel ne se contente pas de fêter les années soixante. Loin de toute nostalgie, il dessine des filiations, souligne des relais qui vont au-delà de l’hexagone, traversent les continents et entraînent les générations suivantes (Brigitte Fontaine, Véronique Sanson, Elli Medeiros, Lio, Niagara, Mikado, Helena Noguerra, Mareva Galanter, April March).

La question que l’on peut se poser, c’est pourquoi un tel travail n’a pas encore trouvé d’éditeur français ou francophone ? Il faut se contenter pour l’heure de la seule édition américaine…

 

ye-ye 6 ye-ye 7 ye-ye 8

 

Jean-Emmanuel Deluxe, Yé-Yé Girls of ‘60s French Pop, Port Towsend (Washington), Feral House, 2013, 20,3 x 20,3 cm, 256 p., ill.

Préface de Lio. En couverture : Annie Philippe, pochette du EP quatre titres, Lettre pour Annie (Philips, 1967).

 

Seules la couverture et les trois premières images proviennent directement du livre, les suivantes ont été récupérées sur Internet et peuvent légèrement différer des reproductions données dans les pages de l’édition de Feral House, elles ne sont donc données qu’à titre indicatif.

De haut en bas : Françoise Hardy, dessin de Françoise Hardy et Sylvie Vartan, choix de pochettes de 45 tours et de EP quatre titres, Françoise Hardy en moto, deux fois Jane Birkin, Elli Medeiros.

 

Ne manquez pas d’écouter le Feral House Deluxe Yé Yé Mix #1 que Jean-Emmanuel a concocté pour l’occasion ; c’est plein de choses délicieuses (Fallait pas écraser la queue du chat de Clothilde). Le site de l’éditeur.

 

Rencontre avec Éric Brun demain soir à Paris pour son livre sur les situationnistes

 

 

Je vous signale – un peu tardivement, je sais – que je recevrai demain samedi à 18 h 30 à la Librairie-galerie « le Monte-en-l’air » (71 rue de Ménilmontant/2 rue de la Mare, Paris XXe), l’ami Éric Brun pour son livre Les Situationnistes, Une avant-garde totale dont j’ai annoncé la parution il y a quelques semaines.

Celles et ceux qui sont inscrits sur Facebook peuvent se rendre sur cette page où j’ai mis plus d’une centaine d’images (en grand format) concernant les lettristes, l’Internationale lettriste, les situationnistes, etc.

Là vous verrez des portraits, des œuvres, des vidéos et des livres d’Alexander Trocchi, Michèle Bernstein, Constant, Asger Jorn, Guy Debord, Raoul Vaneigem, Isidore Isou, le Gruppe Spur, Jean-Michel Mension, Maurice Lemaître, Gil Wolman, Mohamed Dahou, René Viénet, Francis Deron, les Enragés de Nanterre, Christopher Gray, Bruce Elwell, Robert Chasse, Ed van der Elsken, Jacqueline de Jong, Les Lèvres nues, Ralph Rumney, Christian Sébastiani, Gabriel Pomerand, Maurice Lemaître, Mustapha Khayati, Jacques Spacagna, Gérard Joannès, Orson Welles, Karl Marx, etc.

 

eric-brun

 

Si vous ne pouvez pas vous libérer demain, sachez que je recevrai de nouveau Éric avec Andrew Hussey à la librairie Joseph Gibert (26 boulevard Saint-Michel, Paris VIe) le samedi 13 décembre.

 

Martha Vickers par Eugene Robert Richee

Martha Vickers by Eugene Robert Richee The Time, the Place, and the Girl 1946
 

Martha Vickers photographiée par Eugene Robert Richee pour le film The Time, the Place and the Girl (La Fille et le garçon, 1946). J’ai trouvé l’image sur un Tumblr, je ne sais plus lequel, cliquez dessus pour l’agrandir.

 

Photos promotionnelles de Lupe Velez

Lupe-Velez-1 Lupe-Velez-2

 

Datant des années trente, ces photos viennent de l’agence William Morris et mesurent 20,3 x 25,4 cm. Ça vient des archives de Heritage Auctions et il faut cliquez dessus pour les agrandir.

 

Sortie du film d’Olivier Assayas

sils-maria
 

« Je n’ai jamais aimé l’industrie du cinéma français que je trouve ringarde, en retard de deux guerres sur les formes les plus conventionnelles du cinéma américain ; enlisée dans des débats corporatistes qui ne m’intéressent pas et souvent porteurs de valeurs extrêmement réactionnaires : depuis que je fais du cinéma, à toutes les époques, il ne me semble y avoir entendu qu’un discours revanchard, obsédé par sa détestation de la Nouvelle Vague, obsédé par son désir de tourner enfin cette page, constamment persuadé d’y être enfin parvenu, et constamment déjoué dans cette pauvre ambition du simple fait que l’on ne récrit pas l’histoire.

« L’industrie du cinéma français est riche, prospère, surprotégée et endémiquement mécontente ; comme les agriculteurs subventionnés de la PAC qui pourrissent les sols, empoisonnent la faune et les nappes phréatiques et réclament d’autant plus de subsides pour poursuivre le massacre. »

Olivier Assayas.

 

Cette réflexion est extraite du Nouvel Observateur.

 

L’incendie du Reichstag recommencé ou comment “l’enlèvement des trois jeunes Israéliens” s’avère être une manipulation de l’État hébreux !

1er-juillet« Le Hamas est responsable, le Hamas paiera. »

 

 

C’est un reportage assez court mais qui fait l’effet d’une bombe… Christian Sievers qui couvre pour la chaîne télévisée allemande ZDF le conflit israélo-palestinien a présenté le 16 juillet dernier les conclusions de son enquête qui montre que l’enlèvement des trois adolescents le 12 juin est en réalité un assassinat, un violent règlement de compte entre Israéliens. L’affaire a été habillement maquillé par le service de sécurité intérieure, le Shin Bet, puis instrumentalisé auprès de l’opinion internationale par Netanyahou afin de lancer des représailles contre le Hamas.

 

On connaît la suite : des centaines d’arrestations de membres des organisations palestiniennes en Cisjordanie qui répondent par une intensification des tirs de roquette ; l’enlèvement et l’assassinat à Jérusalem-Est de Mohammad Abou Khdeir 16 ans par des extrémistes juifs ; le lancement de l’opération « Bordure protectrice » par Israël à partir du 8 juillet.

 
Voici les liens avec le reportage original en allemand (« aulandsjournal », ZDF), la vidéo avec des sous-titres français et sa transcription.
 

Photo du haut (cliquez dessus pour l’agrandir) : le Premier ministre Benyamin Netanyahu dans la colonie de Modi’in pour les funérailles de Gil-Ad Shaer, Naftali Fraenkel et Eyal Yifrah, le 1er juillet 2014 (Baz Ratner).

Un grand merci à Soumia.

 

Comment la Palestine est devenue Israël : “Palestine, Histoire d’une terre” de Simone Bitton (1992)

 

Palestine, Histoire d’une terre, 1ère partie (1880-1950)

 

 

De la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’histoire d’une terre, la Palestine, une terre où s’est établie, en 1948, l’État d’Israël, une terre revendiquée par Israéliens et Palestiniens, une terre devenue un enjeu pour la paix du monde. Un récit historique unique, à partir d’archives rares, pour comprendre si une négociation, un partage sont possibles aujourd’hui.

Sporadique dans les premiers temps, l’immigration juive en Palestine s’organisa dés 1897. À cette époque, une large majorité de musulmans cohabitait avec un faible pourcentage de chrétiens et de juifs. Le sionisme d’abord, des persécutions ensuite conduisirent un nombre croissant de juifs à s’installer en Palestine, au sein d’un foyer national, crée par les Britanniques après la Première Guerre mondiale, puis dans le cadre de l’État hébreu, institué par l’ONU en 1947. Les nations arabes n’acceptèrent pas la décision de l’ONU et refusèrent la coexistence pacifique. Des guerres sporadiques, brèves et violentes, permirent à Israël de résister à ceux qui voulaient sa destruction sans jamais régler le problème des Palestiniens, parqués ici, massacrés ailleurs.

 

Le site de Simone Bitton.
 

“Jodorowsky’s Dune” de Frank Pavich (2013)

Jodo-1
 

J’ai enfin vu le documentaire de Pavich sur l’adaptation cinématographique de Dune (roman de Frank Herbert publié en 1965) par Alejandro Jodorowsky ; ça fait quand même deux ans que j’en parle dans ces colonnes ! C’est une belle réussite et je ne comprends pas pourquoi, alors qu’il est projeté partout dans le monde, qu’il s’agit d’une coproduction française (Michel Seydoux/Caméra One), le film ne bénéficie toujours pas d’une sortie sur notre territoire – on parle d’un blocage de la copie par la veuve de Moebius, mais cela ne tient pas (ici et ). Et puisque le dvd n’est pas non plus disponible à la vente en France, alors qu’il l’est ailleurs, il reste la solution du téléchargement en anglais.

 
Jodo-2 Jodo-3 Jodo-4 Jodo-5 Jodo-6 Jodo-7 Jodo-8 Jodo-9 Jodo-10 Jodo-11 Jodo-12 Jodo-13 Jodo-14
 

De haut en bas : une des affiches du film ; le fameux storyboard dessiné par Moebius ; Alejandro Jodorowsky sur le tournage ; Michel Seydoux et Jodorowsky sur le tournage ; Jodorowsky au milieu des années soixante-dix ; David Carradine (qui devait interprêter le rôle du Duc Leto) avec Jodorowsky ; H. G. Giger devant quelques unes des peintures qu’il a réalisé pour le film ; trois d’entre elles ; quatre peintures de Chris Foss pour le film. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Les images viennent de Métropole Films, de Drawning Room et de Le Public système cinéma. Je vous conseille de vous rendre sur le site Dune Info, il est le plus complet sur le récit de cette aventure. Le film de Pavish a un site officiel. J’ai évoqué ce film sur le blog à deux reprises.

 

Jonas Mekas à Paris

 
Mekas-Beaubourg-1 Mekas-Beaubourg-2

 

Le site des Éditions Yellow Now, celui de la projection au centre Georges-Pompidou.

 

Un coffret consacrés à “2001, L’odysée de l’espace” va sortir chez Taschen en juin

2001-1

 

The Making of Stanley Kubrick’s ‘2oo1: A Space Odyssey’

 

Quatre volumes reliés, réunis dans un coffret en métal conçu par M/M Paris :

Volume 1 : Photographies de plateau.

Volume 2 : Dans les coulisses (inclus des entretiens avec les acteurs principaux, les chefs décorateurs et les experts en effets spéciaux).

Volume 3 : Fac-similé du scénario original.

Volume 4 : Fac-similé des notes de production originales de 1965.

Bonus surprise : une petite BD comique.

Lire la présentation ici.

 

2001-2 2001-3

 

De haut en bas (cliquez sur les images pour les agrandir) : dessin du vaisseau Discovery par Oliver Rennert ; photo promotionnelle de Stanley Kubrick et Arthur C. Clarke ; malette créée par Honeywell.

 

La disparition de H. R. Giger

 

L’artiste suisse, né en 1940 dans les Grisons, est décédé hier. Son travail était reconnu mondialement depuis sa participation au film Alien (1979) de Ridley Scott dont il avait dessiné le monstre. Il aurait pu l’être un peu plus tôt si l’adaptation de Dune par Jodorowsky, à laquelle Giger participait comme décorateur, avait vu le jour.

 

DK-1

 

J’avais été frappé aussi par une autre de ses œuvres, Landscape XX, que Dead Kennedys avait reproduit sous la forme d’un poster offert avec le 33 tours Frankenchrist (Alternative Tentacles Records, 1985) ; comme il fallait s’y attendre, le groupe de Jello Biafra a été condamné pour l’avoir distribué et le poster a été retiré de la vente.

 

DK-2DK-3DK 4DK-5

 

 

Les informations sur le disque de Dead Kennedys viennent de Sound Station et de Public Collectors. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Top