Ticket pour le premier film des Beatles “A Hard Day’s Night”

 
A-Hard-Day's-Night-El-Monte

 

Entrée pour la soirée du 12 août 1964 au El Monte Theatre à El Monte en Californie. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

 

A Hard Day’s Night (Quatre garçons dans le vent, en n&b) de Richard Lester est le premier film avec les Beatles. La première mondiale eu lieu à Londres au Pavilion Theatre (image ci-dessous) quelques semaines avant, le 6 juillet.

 

La taille du billet est de 22,85 x 9,50 cm, on ne le distingue peut-être pas bien, mais il est découpé autour de Paul et George ; cette rareté est en vente sur Heritage Auctions. La photo du London Pavilion vient d’ici.

 

London Pavilion

“True Detective” sur HBO

true-detective-1

 

Je pensais que tout le monde avait téléchargé et vu True Detective, la série de la chaîne privée américaine HBO et dernier en date de ses succès critique et public. Comme je rencontre encore des gens qui n’en n’ont jamais entendu parler, autant en dire deux mots, pas plus. C’est très noir, très hard-boiled, c’est superbement écrit, réalisé et interprêté ; cette série restera. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

HBO, qui décidemment enchaîne les cartons, va de nouveau se trouver au centre des intérêts du plus grand nombre d’entre nous avec la diffusion à partir du 6 avril de la quatrième saison de Game of Thrones.

 

true-detective-2

Affiche de la première mondiale du film “Ladies and Gentlemen: The Rolling Stones” à New York (1974)

Ladies-1974

 

La soirée s’est déroulée le 14 avril 1974 au Ziegfeld Theatre de New York. Réalisé par Rollin Binzer, produit par Binzer et Marshall Chess, filmé en couleurs en 16 mm puis gonflé en 35 mm pour son exploitation, Ladies and Gentlemen: The Rolling Stones témoigne de la tournée S.T.P. (Stones Touring Party) aux États-Unis à l’été 1972 et en particulier des concerts des 24 et 25 juin à Fort Worth et Houston au Texas qui sont enregistrés ici.

 

L’affiche (cliquez dessus pour l’agrandir) qui mesure 26,67 x 87 cm vient des archives de Heritage Auctions. J’ai aussi pioché des informations sur le film dans la fiche que lui consacre Wikipédia en anglais.

 

Les cartographies cinématographiques d’Andrew DeGraff

lor 1

 

J’avais été scié par le résumé qu’Andrew DeGraff avait donné de La Mort aux trousses de Hitchcock, dans son North by Northwest Passage ; je comptais reparler de ce jeune graphiste new yorkais installé à Philadelphie. L’occasion m’en est donnée avec l’ouverture ce samedi à Los Angeles de sa dernière exposition à la galerie 1988 où il montre, suivant le même principe, les étapes des personnages de la trilogie Le Seigneur des anneaux. Comme on va le voir, Paths of the Ring est une œuvre ambitieuse, immense et recouvre tous les espaces de la Terre du Milieu évoquée dans les films de Peter Jackson. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

lor 2 lor 3 lor 4 lor 5

 

Non sans humour, Andrew DeGraff dresse la liste des éléments qui composent cette cartographie : 600 trees, 21 waterfalls, 112 mountains, 3 forests, 1 labyrinth of razor sharp rocks, 1 mine, 1 marsh, 1 volcano, 1 ring, 3 movies… et il ajoute, featuring the smallest trebuchets I’ve ever painted.

Cette gouache sur papier qui mesure 78,74 x 134,62 cm a nécessité près de 300 heures de travail.

 

lor 6 lor 7 lor 8

 

Le site d’Andrew, son adresse Tumblr.

Badge Mickey Mouse

 

mickey badge

 

Impossible de retrouver l’origine de ce fichier, le site a disparu.

Crumb, Ralph Steadman, Jay Shaw, Sean Phillips, Yann Legendre : des graphistes chez Criterion (2)


Aurais-je été entendu ? Entre le premier article que j’ai consacré en avril 2013 aux graphistes œuvrant chez Criterion et la préparation de celui-ci, alors que je me plaignais du fait que les noms des artistes n’apparaissaient nulle part sur le site de l’éditeur, tous sont devenus visibles !

C’est bien la moindre des choses, tant les pochettes de ces dvd ont fait le succès et la visibilité de Criterion depuis trente ans. Outre la qualité indiscutable du catalogue des films (ce sont pour l’essentiel des rééditions de classiques de toutes les nationalités), ce qui a toujours distingué cet éditeur de ses concurrents américains et étrangers tient précisément à leur emballage et à l’emploi de grands noms pour les illustrer.

Je rappelle quelques principes de cette sélection (cliquez sur les images pour les agrandir). J’ai écarté les pochettes reprenant les affiches originales du cinéma et du théâtre – c’est rarement le cas chez Criterion – ou d’autres visuels anciens (les dessins de Trauner pour les films de Carné, ceux de Kurosawa pour les siens), ainsi que les pochettes utilisant les pictogrammes des films, à l’exception de compositions très originales (à l’exemple de Quadrophenia et Répulsion à découvrir ci-dessous) ou d’un lettrage qui tue (Red River).

Je ne m’attache ici qu’à montrer la création contemporaine (dessin, peinture, palette graphique, graphisme, etc.).

 

1-shaw 2-F. Ron Miller 3-F. Ron Miller 4-Jason Hardy 5-Marian Bantjes 6-Robert Crumb 7-Sam Smith 8-Sam Smith 9-Akiko Stehrenberger 10-Connor Willumsen 11-Times of London 12-Fred Davis 13-Eric Skillman 14-Eric Skillman 15-Eric Skillman16-repulsion-Chow 17-Rodrigo Corral

19-Sean Phillips 20-Yann Legendre 21-Yann Legendre 22-Caitlin Kuhwald 23-Caitlin Kuhwald 24-Ralph Steadman

 

De haut en bas :

 

Repo Man (États-Unis, 1984, Alex Cox) par Jay Shaw (voyez son site). Les illustrations du coffret du film ayant été commandé à Shaw et Tyler Stout, des piliers de l’éditeur d’affiches de cinéma Mondo, installé à Austin au Texas, ce dernier a réalisé deux sérigraphies de Repo Man. Je glisse le lien avec une vidéo où Jay Shaw évoque le film avec son réalisateur Alex Cox, il vient du blog de Mondo (le son est défectueux pendant 50 secondes, ça s’arrange après).

 

Foreign Correspondent (Correspodant 17, États-Unis, 1940, Alfred Hitchcock) et Lonesome (Solitude, États-Unis, 1928, Paul Fejos) par F. Ron Miller qui est, en outre, le directeur artistique de la collection. Son blog détaille le travail qu’il effectue pour Critérion.

 

Letter Never Sent (La Lettre inachevée, Russie, 1959, Mikhaïl Kalatozov) par Jason Hardy, dont le site n’est malheusement pas à jour.

 

Charulata (Inde, 1964, Satyajit Ray) par Marian Bantjes. Le site de la Canadienne est ici.

 

Crumb (États-Unis, 1995, Terry Zwigoff) par Robert Crumb. On retrouve le réalisateur et le dessinateur pour la pochette de Louie Bluie montrée précédemment.

 

House (Hausu, Japon, 1977, Nobuhiko Ōbayashi) et World On a Wire (Welt am Draht/Le Monde sur le fil, Allemagne, 1973, Rainer Werner Fassbinder) par Sam Smith (il a une page sur Flickr).

 

Life During Wartime (États-Unis, 2010, Todd Solondz) par Akiko Stehrenberger (site).

 

The Killing (L’Ultime razzia, États-Unis, 1956, Stanley Kubrick) par Connor Willumsen (site).

 

Quadrophenia (Grande-Bretagne, 1979, Franc Roddam) par Times of London. Je n’ai pas trouvé la moindre information sur Times of London… Si quelqu’un a une piste qu’il se fasse connaître.

 

The Life and Death of Colonel Blimp (Le Colonel Blimp, Grande-Bretagne, 1943, Michael Powell et Emeric Pressburger) par Fred Davis qui possède deux adresses, ici et .

 

I Married a Witch (Ma femme est une sorcière, États-Unis, 1942, René Clair), Stagecoach (La Chevauchée fantastique, États-Unis, 1939, John Ford) et Red River (La Rivière rouge, États-Unis, 1948, Howard Hawks) par Eric Skillman qui est un collaborateur régulier de Criterion. J’ai montré l’an passé sa pochette pour Night Train to Munich. Il est beaucoup question sur son site de Criterion et du travail de ses petits camarades.

 

Repulsion (Grande-Bretagne, 1965, Roman Polanski) par Steve Chow (site).

 

A Brief History of Time (États-Unis, 1991, Errol Morris) par Rodrigo Corral (site).

 

12 Angry Men (Douze hommes en colère, États-Unis, 1957, Sydney Lumet) par Sean Phillips qui était déjà présent dans la précédente sélection. Il possède deux adresses, ici et .

 

– Deux films de Louis Malle : Zazie dans le métro (France, 1960) et Black Moon (France, 1975) par Yann Legendre. Vous connaissez sans doute le travail de Legendre, il illustre des couvertures pour l’éditeur Inculte, voici son site.

 

The Organizer (I compagni/Les Camarades, Italie, 1963, Mario Monicelli) et To Be or Not To Be (Jeux dangereux, États-Unis, 1942, Ernst Lubitsch) par Caitlin Kuhwald (site).

 

Fear and Loathing in Las Vegas (Las Vegas parano, États-Unis, 1998, Terry Gilliam) par Ralph Steadman.

 

“Back to the Future” selon Laurent Durieux pour Mondo

Back 1 Back 2

 

Pour ces sérigraphies commanditées par Mondo, Laurent Durieux s’est peu soucié d’évoquer les personnages de Back to the Future préférant dessiner le véhicule qui les transporte en l’entourant d’une sombre atmosphère qui n’est pas sans évoquer celle de Blade Runner.

Les fichiers de Back to the Future, Part 1 & 2 viennent des sites Inside the Rock Poster Frame et The Fire Wire. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Puisque j’évoque Durieux, je signale qu’il manquait une information dans la récente présentation de ses affiches d’Alfred Hitchcock (toujours pour Mondo) : ce n’est pas sur trois films qu’il a travaillé, mais quatre, il manquait Psychose. Je l’aurais volontiers ajouté à la liste, mais je ne trouve que des fichiers d’une qualité vraiment trop indigne pour figurer ici.

Trois films d’Alfred Hitchcock par Laurent Durieux pour Mondo

1-Laurent-Durieux-vertigo-regular 2-Laurent-Durieux-The-Birds 3-Laurent-Durieux-rear_window_regular 4-Laurent-Durieux-rear_window_variant

 

Ces affiches qui sont belles à pleurer viennent du site Collider qui a obtenu l’exclusivité de les présenter. Une cinquième affiche y figure que je n’ai pas reprise ici… (Ça, c’est du teaser !)

La galerie Mondo organise par ailleurs une exposition des travaux de Laurent Durieux à Austin au Texas. Je me demande bien qui fera la première exposition en France d’un collaborateur de Mondo…

 

 

DurieuxPostcardDIGITAL_700px

Affiche française de “ Vingt mille lieues sous les mers” de Disney (1976)

20-000

 

Grande affiche (115 x 155 cm) pour le film 20,000 Leagues Under the Sea (1954) de Richard Fleischer produit par Walt Disney d’après Jules Verne. Cliquez sur l’image pour l’agrandir. Elle vient des archives de Heritage Auctions.

J’ai montré une affiche de Ken Taylor éditée par Mondo pour le même film ici.

La bande-annonce d’un film sur Jossot

 

Jossot, de Gustave à Abdul Karim, un film de Marc Faye (Novanima, 2014, 52’).

 

Présentation : Nous sommes en France à la veille de la promulgation de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État. Gustave Jossot, caricaturiste et affichiste de talent, anticlérical, anticonformiste et anti-autorités de toutes sortes réalise l’une des premières affiches politiques en France : « À bas les calottes ! ». Quand, en 1913, il s’installera définitivement en Tunisie et se convertira à l’Islam, il agira encore à rebours des idées de son temps. Ce film explore l’univers de l’artiste entre Occident et Orient.

 

Sur Jossot, voir ici et .

Yvan Laurence et Gersende Bollut seront au salon “Paris Manga” les 8 et 9 février Porte de Versailles

Yvan 8 9 février

 

Les informations sont . J’ai évoqué le livre d’Yvan ici. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

T. Rex à Wembley en 1972

 

Le 18 mars 1972, T. Rex donna deux concerts à l’Empire Pool (aujourd’hui le Wembley Arena). Celui-ci est le premier de deux. Les images du deuxième concert ont servi au film que Ringo Starr a consacré à Marc Bolan, Born to Boogie (Apple, 1972).

 

alright george

Ringo Starr et Marc Bolan (Alright George, cliquez sur l’image

pour l’agrandir). Photo, dont les couleurs sont ici très

altérées, de Keith Morris datée du 1er janvier 1972.

Top