Martha Vickers par Eugene Robert Richee

Martha Vickers by Eugene Robert Richee The Time, the Place, and the Girl 1946
 

Martha Vickers photographiée par Eugene Robert Richee pour le film The Time, the Place and the Girl (La Fille et le garçon, 1946). J’ai trouvé l’image sur un Tumblr, je ne sais plus lequel, cliquez dessus pour l’agrandir.

 

Photos promotionnelles de Lupe Velez

Lupe-Velez-1 Lupe-Velez-2

 

Datant des années trente, ces photos viennent de l’agence William Morris et mesurent 20,3 x 25,4 cm. Ça vient des archives de Heritage Auctions et il faut cliquez dessus pour les agrandir.

 

Sortie du film d’Olivier Assayas

sils-maria
 

« Je n’ai jamais aimé l’industrie du cinéma français que je trouve ringarde, en retard de deux guerres sur les formes les plus conventionnelles du cinéma américain ; enlisée dans des débats corporatistes qui ne m’intéressent pas et souvent porteurs de valeurs extrêmement réactionnaires : depuis que je fais du cinéma, à toutes les époques, il ne me semble y avoir entendu qu’un discours revanchard, obsédé par sa détestation de la Nouvelle Vague, obsédé par son désir de tourner enfin cette page, constamment persuadé d’y être enfin parvenu, et constamment déjoué dans cette pauvre ambition du simple fait que l’on ne récrit pas l’histoire.

« L’industrie du cinéma français est riche, prospère, surprotégée et endémiquement mécontente ; comme les agriculteurs subventionnés de la PAC qui pourrissent les sols, empoisonnent la faune et les nappes phréatiques et réclament d’autant plus de subsides pour poursuivre le massacre. »

Olivier Assayas.

 

Cette réflexion est extraite du Nouvel Observateur.

 

L’incendie du Reichstag recommencé ou comment “l’enlèvement des trois jeunes Israéliens” s’avère être une manipulation de l’État hébreux !

1er-juillet« Le Hamas est responsable, le Hamas paiera. »

 

 

C’est un reportage assez court mais qui fait l’effet d’une bombe… Christian Sievers qui couvre pour la chaîne télévisée allemande ZDF le conflit israélo-palestinien a présenté le 16 juillet dernier les conclusions de son enquête qui montre que l’enlèvement des trois adolescents le 12 juin est en réalité un assassinat, un violent règlement de compte entre Israéliens. L’affaire a été habillement maquillé par le service de sécurité intérieure, le Shin Bet, puis instrumentalisé auprès de l’opinion internationale par Netanyahou afin de lancer des représailles contre le Hamas.

 

On connaît la suite : des centaines d’arrestations de membres des organisations palestiniennes en Cisjordanie qui répondent par une intensification des tirs de roquette ; l’enlèvement et l’assassinat à Jérusalem-Est de Mohammad Abou Khdeir 16 ans par des extrémistes juifs ; le lancement de l’opération « Bordure protectrice » par Israël à partir du 8 juillet.

 
Voici les liens avec le reportage original en allemand (« aulandsjournal », ZDF), la vidéo avec des sous-titres français et sa transcription.
 

Photo du haut (cliquez dessus pour l’agrandir) : le Premier ministre Benyamin Netanyahu dans la colonie de Modi’in pour les funérailles de Gil-Ad Shaer, Naftali Fraenkel et Eyal Yifrah, le 1er juillet 2014 (Baz Ratner).

Un grand merci à Soumia.

 

Comment la Palestine est devenue Israël : “Palestine, Histoire d’une terre” de Simone Bitton (1992)

 

Palestine, Histoire d’une terre, 1ère partie (1880-1950)

 

 

De la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’histoire d’une terre, la Palestine, une terre où s’est établie, en 1948, l’État d’Israël, une terre revendiquée par Israéliens et Palestiniens, une terre devenue un enjeu pour la paix du monde. Un récit historique unique, à partir d’archives rares, pour comprendre si une négociation, un partage sont possibles aujourd’hui.

Sporadique dans les premiers temps, l’immigration juive en Palestine s’organisa dés 1897. À cette époque, une large majorité de musulmans cohabitait avec un faible pourcentage de chrétiens et de juifs. Le sionisme d’abord, des persécutions ensuite conduisirent un nombre croissant de juifs à s’installer en Palestine, au sein d’un foyer national, crée par les Britanniques après la Première Guerre mondiale, puis dans le cadre de l’État hébreu, institué par l’ONU en 1947. Les nations arabes n’acceptèrent pas la décision de l’ONU et refusèrent la coexistence pacifique. Des guerres sporadiques, brèves et violentes, permirent à Israël de résister à ceux qui voulaient sa destruction sans jamais régler le problème des Palestiniens, parqués ici, massacrés ailleurs.

 

Le site de Simone Bitton.
 

“Jodorowsky’s Dune” de Frank Pavich (2013)

Jodo-1
 

J’ai enfin vu le documentaire de Pavich sur l’adaptation cinématographique de Dune (roman de Frank Herbert publié en 1965) par Alejandro Jodorowsky ; ça fait quand même deux ans que j’en parle dans ces colonnes ! C’est une belle réussite et je ne comprends pas pourquoi, alors qu’il est projeté partout dans le monde, qu’il s’agit d’une coproduction française (Michel Seydoux/Caméra One), le film ne bénéficie toujours pas d’une sortie sur notre territoire – on parle d’un blocage de la copie par la veuve de Moebius, mais cela ne tient pas (ici et ). Et puisque le dvd n’est pas non plus disponible à la vente en France, alors qu’il l’est ailleurs, il reste la solution du téléchargement en anglais.

 
Jodo-2 Jodo-3 Jodo-4 Jodo-5 Jodo-6 Jodo-7 Jodo-8 Jodo-9 Jodo-10 Jodo-11 Jodo-12 Jodo-13 Jodo-14
 

De haut en bas : une des affiches du film ; le fameux storyboard dessiné par Moebius ; Alejandro Jodorowsky sur le tournage ; Michel Seydoux et Jodorowsky sur le tournage ; Jodorowsky au milieu des années soixante-dix ; David Carradine (qui devait interprêter le rôle du Duc Leto) avec Jodorowsky ; H. G. Giger devant quelques unes des peintures qu’il a réalisé pour le film ; trois d’entre elles ; quatre peintures de Chris Foss pour le film. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Les images viennent de Métropole Films, de Drawning Room et de Le Public système cinéma. Je vous conseille de vous rendre sur le site Dune Info, il est le plus complet sur le récit de cette aventure. Le film de Pavish a un site officiel. J’ai évoqué ce film sur le blog à deux reprises.

 

Jonas Mekas à Paris

 
Mekas-Beaubourg-1 Mekas-Beaubourg-2

 

Le site des Éditions Yellow Now, celui de la projection au centre Georges-Pompidou.

 

Un coffret consacrés à “2001, L’odysée de l’espace” va sortir chez Taschen en juin

2001-1

 

The Making of Stanley Kubrick’s ‘2oo1: A Space Odyssey’

 

Quatre volumes reliés, réunis dans un coffret en métal conçu par M/M Paris :

Volume 1 : Photographies de plateau.

Volume 2 : Dans les coulisses (inclus des entretiens avec les acteurs principaux, les chefs décorateurs et les experts en effets spéciaux).

Volume 3 : Fac-similé du scénario original.

Volume 4 : Fac-similé des notes de production originales de 1965.

Bonus surprise : une petite BD comique.

Lire la présentation ici.

 

2001-2 2001-3

 

De haut en bas (cliquez sur les images pour les agrandir) : dessin du vaisseau Discovery par Oliver Rennert ; photo promotionnelle de Stanley Kubrick et Arthur C. Clarke ; malette créée par Honeywell.

 

La disparition de H. R. Giger

 

L’artiste suisse, né en 1940 dans les Grisons, est décédé hier. Son travail était reconnu mondialement depuis sa participation au film Alien (1979) de Ridley Scott dont il avait dessiné le monstre. Il aurait pu l’être un peu plus tôt si l’adaptation de Dune par Jodorowsky, à laquelle Giger participait comme décorateur, avait vu le jour.

 

DK-1

 

J’avais été frappé aussi par une autre de ses œuvres, Landscape XX, que Dead Kennedys avait reproduit sous la forme d’un poster offert avec le 33 tours Frankenchrist (Alternative Tentacles Records, 1985) ; comme il fallait s’y attendre, le groupe de Jello Biafra a été condamné pour l’avoir distribué et le poster a été retiré de la vente.

 

DK-2DK-3DK 4DK-5

 

 

Les informations sur le disque de Dead Kennedys viennent de Sound Station et de Public Collectors. Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

La bande-annonce de “Adieu au langage”, le dernier Godard

 

Le film est en compétition officielle au prochain Festival de Cannes, il sort en salles le 21 mai à Paris et une semaine après partout ailleurs. L’affiche (cliquez dessus pour l’agrandir) vient de Wild Bunch où vous trouverez aussi des images.

 

Adieu au langage

 

Batman dans “Detective Comics” n° 31 (DC Comics, septembre 1939)

DC-31
J’ai retrouvé la couverture de ce numéro de Detective Comics qui a inspiré celle de The Golden Age of DC Comics dont je parlais il y a peu. Elle est signée de Bob Kane et vient de Heritage Auctions.

Pour rester sur l’histoire de DC Comics, je signale le documentaire Secret Origin: The Story of DC Comics réalisé en 2010 par Mac Carter pour les 75 ans de la maison d’édition et qui sortait en même temps que le gros livre de Paul Levitz chez Taschen. Sans être un chef-d’œuvre, le film a le mérite de retracer l’évolution de DC par rapport à celle de la société américaine et, surtout, de montrer des archives avec le scénariste anglais Alan Moore qui à elles seules valent le coup d’œil.

 
so 1 so 2

“Maps to the Stars”, le nouveau Cronenberg sort le 21 mai en France

maps-to-the-stars

 

L’affiche vient de Filmjunkies, cliquez dessus pour l’agrandir.

 

Top